Voyage de 9 jours
et 8 nuits

À partir de 1 890 €
par personne

Confort
3 étoiles

Activités
Randonnées, Observations animalières, Dégustations

Difficulté Facile

Difficulté
Facile

Température
20° en moyenne

Kilomètres
1000

Sous le sommet majestueux le plus élevé du continent

Les Alpes forgent l’Europe, et leurs grands cols sont chargés d’histoire, d’Hannibal à Napoléon ou au Tour de France. Sous le sommet majestueux le plus élevé du continent, le Mont-Blanc, ils séparent aussi des massifs bien typés tels le Vercors, le Beaufortin, le Chablais...

Ce voyage vous emmène à la découverte des plus beaux cols alpins que vous pourrez notamment observer avec nos minibus panoramiques et décapotables.

Du 26 juin au 4 juillet 2021
Du 5 au 13 juillet 2021
Du 14 au 22 juillet 2021

À partir de 1890 € / par personne.

Sous le sommet majestueux le plus élevé du continent

Les Alpes forgent l’Europe, et leurs grands cols sont chargés d’histoire, d’Hannibal à Napoléon ou au Tour de France. Sous le sommet majestueux le plus élevé du continent, le Mont-Blanc, ils séparent aussi des massifs bien typés tels le Vercors, le Beaufortin, le Chablais...

Ce voyage vous emmène à la découverte des plus beaux cols alpins que vous pourrez notamment observer avec nos minibus panoramiques et décapotables.

Du 26 juin au 4 juillet 2021
Du 5 au 13 juillet 2021
Du 14 au 22 juillet 2021

À partir de 1890 € / par personne.

Les moments clés de votre voyage

Jour 1

Accueil à Grenoble – Route vers Colmars

Rendez-vous à la gare de Grenoble à 12h30. Route vers Colmars-Les-Alpes. La ville borde le Verdon sauvage et a été remarquablement fortifiée par Vauban.

Jour 2

Col des Champs

Col des Champs à une altitude de 2045 m. Les prairies autour de ce col sont un vrai paradis pour les botanistes. Vue sur les emblématiques aiguilles de Pelens qui déchirent en dentelles la haute vallée du Var. Le petit village d’Entraunes est entouré de superbes paysages montagneux et rafraîchi par plusieurs torrents. C’est ici que le Var prend sa source dans un environnement naturel exceptionnel.

Jour 2

Suite - Mercantour et Col de la Cayolle

Nous sommes au cœur du Parc national du Mercantour et chamois, bouquetins, aigles royaux et marmottes vivent en ce lieu en toute quiétude. Découverte des sites géologiques « source du Var et les Terres Noires ». Nous grimperons vers le col de la Cayolle (2326 m) qui relie Nice à Barcelonnette par la Route des Grandes Alpes, et nous découvrirons le hameau d’Estenc niché à 1800 m d’altitude

Jour 3

Ubaye Col de la Bonnette et Col de Vars

Visite de Jausiers et de Barcelonnette. Cette ville est connue pour son architecture mexicaine. En prenant la route du Col de la Bonnette au départ de Jausiers, préparez-vous à gravir plus de 1500 mètres de dénivelé à la découverte de la biodiversité de montagne. Ne soyez pas étonnés par les nombreuses marmottes qui courent dans les pelouses de montagne. Progressivement, le décor change... C’est comme si nous allions sur la Lune ! La végétation s’estompe et laisse place à un paysage presque irréel de bloc de pierres et de caillasses.

Jour 3

Suite - Ubaye - Col de la Bonnette et Col de Vars

D’anciennes casernes militaires, appartenant à la ligne Maginot des Alpes, ou d’autres ouvrages plus récents rappellent les tensions passées entre la France et l’Italie. Nous emprunterons la route menant à la cime de la Bonnette à 2802 m, route goudronnée la plus haute d’Europe. Dans le Parc national du Mercantour, la flore et la faune sont très riches. Haute vallée de l’Ubaye avec ses paysages plus beaux les uns que les autres. Nous passerons le col de Vars qui nous conduira dans les Hautes Alpes. Nuit à l’hôtel

Jour 4

Massif du Queyras

Cette journée sera consacrée à la découverte du Massif du Queyras et c’est par les gorges du Guil taillées entre de hautes montagnes que nous entrerons dans cette région. Dès 1977, le Queyras devient un Parc naturel régional. Il est vrai que la valeur paysagère et patrimoniale de cette pépite des Hautes-Alpes est inestimable. À 2040 mètres d’altitude, nous visiterons Saint-Véran qui compte parmi les plus beaux villages de France. La tradition y est omniprésente. Chalets en fustes, fontaines en bois de mélèze, cadrans solaires là où dit-on "Les coqs picorent les étoiles”, donnent un cachet unique à la commune la plus haute d’Europe qui devient une station village l’hiver comme sept autres de ses voisines : Abriès, Aiguilles, Arvieux, Ceillac, Château-Ville-Vieille, Molines et Ristolas.

Jour 4

Suite - Massif du Queyras, Col de l’Isoard

Durant la journée nous ferons quelques courtes balades depuis les cols mythiques de l’Isoard pour découvrir la Casse Déserte, une curiosité géologique : sur 2 km, la route serpente entre les cargneules de calcaire, au pied des éboulis, qui se dressent comme des aiguilles avec leur couleur ocre caractéristique. Le site de la Casse Déserte est protégé car classé aux monuments et sites naturels des Hautes-Alpes, afin de le protéger de toute exploitation commerciale ou dégradation. Initiation à la géologie des Alpes : le Queyras est un livre de 300 millions d’années à ciel ouvert. Puis nous prendrons la direction du col Agnel situé à 2744 mètres d’altitude sur le territoire de la commune de Molines. Le Col Agnel est l’une des trois portes d’entrée du Queyras, mais la seule depuis l’Italie, et quelle porte !

Jour 4

Suite - Massif du Queyras, Col de l’Isoard et Col Agnel

Initiation à la géologie des Alpes : le Queyras est un livre de 300 millions d’années à ciel ouvert. Puis nous prendrons la direction du col Agnel situé à 2744 mètres d’altitude sur le territoire de la commune de Molines. Le Col Agnel est l’une des trois portes d’entrée du Queyras, mais la seule depuis l’Italie, et quelle porte ! Un haut lieu d’échange entre France et Italie, théâtre de faits historiques, qui a acquis au XXème siècle de la notoriété via le passage des plus grandes courses cyclistes. Le Col Agnel propose, lorsqu’il fait beau, un panorama grandiose sur les chaînes de montagne environnantes : le pic de Caramantran (3015 m), le Pain de Sucre (3208 m), le Pic d’Asti (3220 m), la Taillante (3197 m), le Col Vieux (2806 m), sur l’Italie: Mont Viso (3841 m), la vallée de Chianale et la plaine de Cunéo et sur les Ecrins.

Jour 4

Suite - Massif du Queyras, Col Agnel

Nous découvrirons ensuite le Fort de Château-Queyras qui entre dans l’histoire comme château rattaché au Dauphiné en 1265. Au XXème siècle, le château est la proie des guerres de religions et en 1695, il résiste aux assauts des troupes savoyardes mais le village quant à lui est partiellement détruit. À la suite de cette dernière invasion, la même année, Vauban vient inspecter la frontière des Alpes et dresse des projets pour rendre le château inviolable. Il dote le fort au nord-est d’une enceinte entièrement nouvelle, avec escarpe, fossé, contrescarpe et demi-lune et prévoit en 1700 une large extension de l’enceinte sur le front ouest. Le fort fut désarmé de 1940 à 1944, puis rendu à la vie civile en 1967. Puis nous terminerons la journée dans la ville historique de Briançon. Nuit à l’hôtel.

Jour 5

Massif des Ecrins

Nous visiterons la vieille ville de Briançon qui occupe une position stratégique à 1326 mètres d’altitude. La ville haute de Briançon, juchée sur un piton rocheux, s’impose comme un site unique de fortification de montagne conçu par l’architecte Vauban. Elle est elle-même couronnée par des forts d’altitude la rendant imprenable. Ce site majestueux et imposant permet de comprendre le génie d’adaptation dont a fait preuve le célèbre ingénieur militaire de Louis XIV. Bien qu’une importante partie de ces ouvrages ait été exécutée après sa mort, leur réalisation s’est faite selon ses principes jusqu’en 1734.

Jour 5

Suite - Massif des Ecrins

Cet ensemble, projeté par Vauban lors de ses passages à Briançon en 1692 et en 1700, fut réalisé pour améliorer la défense de la ville à la suite des incursions du Duc de Savoie. Notre route nous conduira ensuite à La Grave, village de la haute Romanche où la haute montagne n’est pas réservée qu’aux alpinistes. Grâce aux Téléphériques des Glaciers de la Meije, tout le monde peut toucher les glaces éternelles et savourer cette vue somptueuse des sommets qui s’estompent au loin.

Jour 5

Suite - Col du Galibier et du Lautaret

Devant la gare à 2400 m, l’admiration est aisée. Nous prendrons sur une centaine de mètres le sentier qui part du petit lac en direction de Brèche Pacave et des vallons de la Meije pour admirer l’œuvre des glaciers. Entre 2400 m et 3200 m, la montée en bennes se fait entièrement aux côtés du pic de la Meije, vous serez aux premières loges pour admirer moraines, crevasses, séracs et glaciers suspendus. Le glacier de la Meije et le glacier du Râteau s’accrochent sur les faces nord spectaculaires de ce sommet de 3983 m. Nous poursuivrons notre route vers le col du Lautaret, reconnu pour sa richesse botanique naturelle favorisée par la diversité des facteurs climatiques et des types de sol.

Jour 5

Suite - Col du Lautaret

Le Lautaret est un carrefour entre nord et sud, entre influences climatiques méditerranéennes et montagnardes, entre massifs en roches sédimentaires et massifs cristallins. Ainsi, plus de 2000 plantes des quatre coins du monde ont retrouvé des conditions de vie similaires à leur habitat d’origine dans le Jardin du Lautaret situé à 2100 m d’altitude. Initiation à la glaciologie et visite du Jardin Botanique du Lautaret.

Jour 5

Suite - Col du Lautaret

Après la mort tragique de Scott au pôle Sud, Jean-Baptiste Charcot décide de faire ériger un monument en son honneur. Pour assurer sa pérennité, le site du Jardin alpin est choisi. En mars 1908, le capitaine Robert Falcon SCOTT et le commandant Jean-Baptiste CHARCOT sont venus au col du Lautaret tester leurs nouveaux traîneaux automobiles. Ces essais seront commémorés le samedi 15 mars au col du Lautaret. Le col du Lautaret (2056 m) offre donc une vue somptueuse sur les massifs de la Meije, du Combeynot et des Cerces. Le col du Galibier (2645 m) permet d’admirer la Barre des Écrins ainsi que les sommets de la Savoie et du Queyras se joignant au spectacle. Nuit à l’hôtel

Jour 6

Vallée de la Maurienne

Nous partons aujourd’hui à la découverte de la vallée de la Maurienne en Savoie, plus longue vallée alpine qui s’étend sur 120 km entre l’Italie et les Hautes-Alpes. Elle abrite, entre cols mythiques et le parc national de la Vanoise, de fabuleux espaces qui permettent de parcourir la montagne à son rythme tout au long de l’année. Nous passerons par la barrière de l’Esseillon bâtie en Haute-Maurienne au tout début du XIXème siècle par le royaume de Piémont-Sardaigne pour se protéger de la France, alors principale ennemie. Elle est constituée de cinq forts étagés sur la largeur de la vallée : le Fort Charles-Albert, le Fort Marie-Christine, le Fort Charles-Félix et le Fort Victor-Emmanuel sont situés entre les villages d’Aussois et d’Avrieux.

Jour 6

Suite - Vallée de la Maurienne - Massif du Mont-Cenis

Nous visiterons le musée de l’Opinel qui depuis 1890 fait de la coutellerie un art de vivre. À Saint-Jean-de-Maurienne, près de 700 m2 sont dédiés à l’histoire du célèbre couteau savoyard inventé par Joseph Opinel aux travers d’expositions permanentes et temporaires. Nous nous arrêterons au lac du Mont-Cenis, entre France et Italie, à une altitude moyenne de 2000 mètres, où s’étend le plateau du Mont-Cenis. C’est un endroit magique avec un micro-climat particulier, des fleurs endémiques, des alpages bien entretenus par les vaches, moutons et agriculteurs. Un espace que l’on aime à découvrir, avec ce lac aux couleurs turquoises dont on peut faire le tour aisément, ces tapis de rhododendrons, de violettes et de myrtilles.

Jour 6

Suite - Bonneval-sur-Arc

Enfin nous ferons une halte au dernier village témoin de l’habitat montagnard authentique, Bonneval sur Arc, le plus haut village de la vallée de la Maurienne, entre 1800 et 3638 mètres d’altitude. Il se niche au pied du Col de l’Iseran, perché à 2764 m. Vous pourrez vous rapprocher des sommets, en pénétrant dans le Parc de la Vanoise, univers protégé pour la flore et la faune, barrière invisible essentielle à la protection des espèces fragiles. Le Hameau de l’Ecot, situé à 4 km au-delà de Bonneval-sur-Arc, à 2000 m d’altitude se distingue par l’authenticité de son architecture. Initiation à la météorologie en montagne.

Jour 7

Massif des Alpes Grées - Hameaux de la Tarentaise

Nous partons pour le plus haut des cols Mauriennais avec ses 2770 m qui permet de relier la vallée de la Maurienne à celle de la Tarentaise. Il nous faudra gravir les 1000 m de dénivelés sur le long ruban de la route pour atteindre, au milieu des marmottes, le sommet du col. Historiquement il s’agissait au XVIIème siècle d’un sentier muletier servant notamment à apporter les fromages du Beaufortain sur les marchés du Piémont en empruntant ensuite le col du Mont-Cenis. Au sommet, la vue s’ouvre en face vers la Grande Sassière (3747 m) et la Tsanteleina à droite (3608 m). Coté Maurienne, on voit l’Albaron (3637 m) au dessus de Bonneval. Le col est dominé par la Pointe des Leissières (3041 m) au dessus de l’église et l’Aiguille Pers (3428 m) sur laquelle on trouve les pistes de ski d’été de Val d’Isère.

Jour 7

Suite - Massif des Alpes Grées - Hameaux de la Tarentaise

De l’autre côté du col, avec des altitudes de 800 m à 3779 m, nous découvrirons la Haute Tarentaise qui couvre huit communes sur une cinquantaine de kilomètres. C’est de hameaux en hameaux tels que Gurraz, Miroir et de la Masure et face aux glaciers du mont Pourri que nous découvrirons le patrimoine architectural de la vallée, avec ses chalets en bois à colonnes datant des XVIIIème et XIXème siècles. La visite du village classé du Monal en raison de son grand intérêt architectural, historique et paysager, sera le clou de la balade.

Jour 7

Suite - Massif des Alpes Grées - Hameaux de la Tarentaise

Le hameau du Monal est protégé en tant que site classé car il est typique de la civilisation rurale et pastorale du siècle dernier où les chèvres chamoisées d’Yvette paissent tranquillement en liberté avant de retrouver leur parc pour la traite. Le lait des chèvres permettra de fabriquer le fameux fromage «Le Persillé». Enfin la route en direction de Bourg-Saint-Maurice nous fera passer à côté du Barrage de Chevril connu pour son passé mouvementé lors de l’inondation du village de Tigne !

Jour 8

Massif du Beaufortain

Terre d’alpages entre lac et montagne, le Beaufortain est un petit territoire blotti entre les massifs du Mont Blanc et de la Vanoise. C’est dans le Beaufortain que l’on trouve le Beaufort qui est un fromage à pâte pressée cuite, au lait cru et entier, réputé pour son goût inimitable, fondant et aux arômes subtils. Nous admirerons les lacs et les barrages de la Girotte, Saint Guérin, et le magnifique plan d’eau de Roselend qui enrichiront le spectacle d’une nature belle et préservée. Situé sur la Route des Grandes Alpes, le Cormet de Roselend permet d’admirer les superbes paysages du lac du barrage de Roselend. C’est dans un paysage dominé par la Pierra Menta, montagne emblématique du massif, que nous découvrirons les plus beaux panoramas autour du lac de Roselend et du Cormet de Roselend qui culmine à 1968 mètres d’altitude.

Jour 8

Suite - Beaufort

Nous découvrirons également le village de Beaufort et visiterons la coopérative qui fabrique le prince des gruyères : le Beaufort est reconnu AOP (Appellation d’Origine Protégée) depuis 1968. Ce signe d’origine et de qualité codifie les règles dans un cahier des charges, de la production de l’herbe à la sortie des meules des caves d’affinage. Son cahier des charges est l’un des plus stricts qui existent. Nous continuerons notre périple jusqu’au village de Hauteluce, haut lieu du patrimoine Savoyard, nous découvrirons une église baroque remarquable, de nombreuses chapelles, des vieux chalets et mazots en madriers. Au centre du village trône l’arbre de la liberté, un extraordinaire tilleul planté là à la Révolution Française.

Jour 8

Suite - Beaufort

Sa vue impressionnante sur le Mont-Blanc, ses multiples hameaux et leurs chapelles, ses chalets d’alpages... Le font de la vallée d’Hauteluce l’une des plus belles et des plus préservées des Alpes. Dans cet écrin de nature règne calme, charme, authenticité et convivialité. Visite de la coopérative de Beaufort. Découverte du massif du Beaufortain et de ses troupeaux de vaches alpines lors d’une balade au Cormet de Roselend 2-3h. Nous continuerons notre route par le col des Saisie à 1650 m d’altitude, trait d’union entre deux vallées : le Beaufortain et le Val d’Arly. À l’origine vierge de toute construction, cette région a connu un développement considérable en quelques décennies. Nuit à L’hôtel

Jour 9

Massif des Aravis

Notre itinéraire nous fera passer par deux hauts col, le col de la Colombière, culminant à 1607 mètres et le col des Aravis, à 1486 mètres d’altitude. Depuis ces cols la vue sur la chaîne des Aravis et le massif du Mont-Blanc est incroyable. Ce massif préalpin offre une alternance de paysages karstiques. Ce massif culmine avec des sommets dépassant les 2000 mètres. Il n’est pas rare de pouvoir observer des bouquetins, chamois et aigles dans cette nature grandiose ! Découverte de l’ancienne Chartreuse, classée Monument Historique. À l’ombre de la Pointe Percée (2752m), elle fut fondée en 1151 par des moines chartreux. Les bâtiments, restaurés en 1686 et 1717, abritent les anciennes cellules des moines, le grand et le petit cloître de style gothique flamboyant, l’harmonieuse chapelle (1480-1530) .

Jour 9

Suite - le Grand Bornand

Nous flânerons dans le village du Grand Bornand qui est l’alliance du charme et de l’authenticité, avec plus de 400 chalets pour la plupart bicentenaires, le Grand-Bornand est le village ayant sauvegardé le plus grand nombre de témoins de cet habitat traditionnel. Le plus ancien abrite toujours la même famille depuis 1664. Berceau du reblochon fermier, dont la tradition situe la naissance, au XIIIe siècle, dans les alpages du col des Annes, Le Grand-Bornand se distingue par sa tradition gastronomique. C’est l’architecture des chalets savoyards avec leur toit de tavaillons qui agrémentera notre belle balade dans la vallée du Bouchet...

Jour 9

Suite - le Grand Bornand

Comment visiter les Aravis sans parler du Reblochon ! Nous découvrirons la fabrication de ce fromage qui dont l’origine commence au XIIIème siècle, dans les alpages des vallées de Thônes, par une maraude clandestine. À l’époque, les propriétaires des terres, le plus souvent des moines ou des nobles, possédaient un droit sur les paysans qui exploitaient les alpages. Les paysans rétribuaient donc leur propriétaire sur la quantité de lait produite en une journée. Au moment du contrôle, le fermier pratiquait une traite incomplète pour payer moins de location. Dès le départ du contrôleur, il procédait à une seconde traite. Le lait ainsi obtenu n’était sans doute pas très abondant, mais très riche en crème, idéal pour en faire un fromage. Le Reblochon doit donc son nom à cette petite fraude, appelée localement la « Rebloche ».

Jour 9

Suite - le Grand Bornand

Fin de l’itinéraire à Bonneville puis transfert sur Grenoble 2h30. Dépose à l’hôtel ou la gare ou Parking voiture. Dernier train à 20h22 pour Paris en 4heures. Nous pourrons réserver les hôtels et orienter les activités pour les personnes souhaitant continuer leurs découvertes vers Chamonix et visiter la Mer de Glaces ou l’aiguille du Midi (3822 mètres d’altitude).

Grands espaces vous
recommande aussi...

*Les prix indiqués sont ceux des cabines les moins chères. Le descriptif des programmes est donné à titre indicatif.

Découvrez notre univers grâce à notre magazine en ligne.

Actualités polaires, des articles de fond sur la faune, et bien d'autres thématiques passionnantes.

Tous nos articles
Fermer