Avant de partir pour une croisière en Norvège, le pays du ciel qui danse, nombreux sont ceux qui se demandent comment capturer le spectacle féérique des aurores boréales. Je vous livre ici mes techniques afin de photographier au mieux les aurores boréales qui lacèrent le ciel polaire.

Pour commencer, l’utilisation d’un trépied est obligatoire, d’une part parce que ce sont des photos de nuit, d’autre part parce que ce sont des photos de paysages. Il faut aussi être muni d’une télécommande filaire afin d’éviter le moindre flou de bougé. Si jamais vous ne possédez pas de télécommande, vous pouvez aussi utiliser le retardateur à 2 secondes. Il faut également débrayer l’auto-focus et se positionner en mode manuel sur son objectif avec un réglage sur l’infini.

Afin de capter les lumières boréales, le boîtier doit être réglé en mode Bulb. Cette fonction permet de contrôler son temps d’exposition. En mode manuel , déterminer un temps d’exposition de 10 à 30 secondes. L’ouverture doit être la plus petite possible, soit f/2.8 / F/4 etc en fonction de son objectif, choisir le chiffre le plus petit.

Les ISOS ont également leur importance aussi : si les aurores sont très fortes, vous pouvez diminuer les ISOS, par exemple à 800, si la luminosité est faible, on augmentera le sensibilité à 1600 / 3200.
Comme pour toutes les photos, Il faut toujours penser à contrôler son histogramme !

A titre d’exemple pour des aurores fortes avec un objectif 16/35 F/2.8 : Réglage en mode manuel ou Bulb, avec une ouverture à F/2.8 avec des ISO à 1000 et un temps d’exposition à 10 secondes.

Pour des aurores faibles avec un objectif 16/35 F/2.8: Réglage en mode manuel ou Bulb, avec une ouverture à F/2.8 avec des ISO à 6400 et un temps d’exposition à 25 secondes.

Ces cas de figures peuvent déjà vous donner une idée des réglages, mais il faut tenir compte de son histogramme afin de diminuer ou augmenter son temps d’exposition (durée en secondes) afin d’avoir
les bons réglages définitifs.

 

Bonnes photos à toutes et à tous, et surtout n’oubliez pas d’admirer ce spectacle féerique !

 

David Allemand, photographe.

David est photographe de nature. Ayant passé une partie de son enfance dans le Verdon, il reste épris de grands espaces. Il décide un jour d’allier ses deux passions, celle pour la nature et son attrait pour l’image, afin de partager les beautés de notre planète, mais aussi de démontrer ses fragilités et la nécessité de la préserver. Il a remporté de nombreux prix photographiques nationaux et internationaux. Avec Stéphanie, son épouse, il partage le même engouement pour les animaux et l’environnement. Ils publient ainsi régulièrement des reportages dans la presse internationale.

Leur livre, « Verdon, d’autres, visages » est sorti en automne 2013. 2017 a vu la parution de leur magnifique livre « Owls » consacré aux chouettes et hiboux d’Europe.
C’est dans les contrées nordiques qu’il part essentiellement en expéditions photographies. Son désir : découvrir des territoires polaires encore plus reculés !

À bord, David donnera des conseils avertis aux photographes lors de nombreux ateliers.

 

 

Découvrez les croisières Grands Espaces

*Les prix indiqués sont ceux des cabines les moins chères. Le descriptif des programmes est donné à titre indicatif.

Fermer