Course au sérum de 1925 : Nome, sauvée par des chiens de traineaux

En 1925, la ville de Nome en Alaska, s’est subitement arrêtée de vivre. En effet, une grave épidémie de diphtérie a été détectée après qu’elle ait commencé à faire des victimes parmi les enfants de la communauté. Face à l’ampleur de la catastrophe, aux risques encourus et à la situation géographique de Nome, les autorités américaines ont alors décidé d’organiser une incroyable mission de transport de vaccins, baptisée la course au sérum, au cours de laquelle plus de 150 chiens de traîneaux sont mobilisés.

Course au Serum Nome Balto

Maladie en voie de disparition, avec moins de 4.500 cas par an depuis 2015, la diphtérie a longtemps fait peur aux autorités sanitaires, notamment dans les années 20 lorsqu’il était encore compliqué de soigner les personnes touchées. En 1925, la ville de Nome en Alaska a d’ailleurs fait les frais de cette maladie relativement contagieuse puisque plusieurs enfants en sont rapidement décédés. Très vite, les autorités décident d’alerter et la ville d’Anchorage, capitale de l’État d’Alaska décide alors d’envoyer plusieurs doses de vaccins en utilisant le train puis des relais de chiens de traineau afin de faire avancer la cargaison au plus vite. En moins de six jours, des milliers de vies sont sauvées.

Histoire

Nome, Alaska. En 1925, cette petite ville de quelques milliers d’habitants est frappée une terrible et foudroyante épidémie de diphtérie. Contagieuse, celle-ci se répand rapidement et en l’espace de quelques jours seulement, plusieurs enfants vont perdre la vie.

Nome Alaska

L’inquiétude grandit alors au sein de la communauté et de plus en plus de personnes haussent la voix afin de réclamer la mise en place de mesures, l’idée étant d’éviter que la maladie ne se répande toujours plus. Problème, Nome est située à l’extrême-ouest de l’Alaska et rien ne semble être en mesure de résoudre la situation, si ce n’est qu’un vaccin efficace ne soit administré aux malades. Malheureusement, le sérum antitoxine généralement utilisé pour soigner la diphtérie n’est pas disponible et les stocks les plus proches se trouvent à Anchorage, capitale de l’État d’Alaska, située à près de 860 kilomètres de là.

Nome Alaska

Un relais inédit pour sauver Nome

Une communication se met en place entre Nome et Anchorage. Il est très vite décidé qu’une livraison de vaccins aura rapidement lieu. Reste alors à définir la façon dont toute cette opération va s’organiser. Les températures descendent en dessous des -30 degrés en journée, rendant les trajets en avion, impossible. Reste la solution du train. Mais là encore, le trajet est bien trop long. Résultat, les autorités décident que des chiens de traîneau seront utilisés, sous forme de relais, permettant ainsi d’avancer de jour comme de nuit. Les cargaisons de sérum sont avancées par train et les mushers prendront ensuite le départ d’une course pour la vie, longue de plus de 1.000 km.

Il aurait fallu, en temps normal, plusieurs semaines pour que le trajet soit accompli. Cependant, l’urgence sanitaire est réelle. Résultat, des « villes-étapes » sont choisies, dans lesquelles hommes et chiens sont réquisitionnés afin de participer à cette course contre la montre.

Le départ est donné le 27 janvier 1925. Cinq jours et demi plus tard, le dernier attelage dirigé par Gunnar Kaasen, musher norvégien et second de Leonhard Seppala, propriétaire du chien Balto, arrive à destination. Une expédition réussie, qui permettra aux malades d’être rapidement soignés. Un second voyage sera organisé quelques jours plus tard, qui permettra d’administrer de nouvelles doses de sérum et de renflouer les stocks au cas où la situation viendrait à prendre une nouvelle tournure dramatique.

150 chiens sauvent des milliers de vies

Si des milliers de vies humaines ont été sauvées, cette incroyable course au sérum aura causé la mort de six chiens. Cependant, ces animaux ont tous été salués par les autorités américaines et sont, depuis, considérés comme de vrais héros de la nation. Togo, second chien de Leonhard Seppala aura pour sa part couru sur une distance de 424 kilomètres, soit la plus longue couverte par un chien au cours de ces quelques jours. Mais son exploit passera au second rang, Balto lui volant la vedette. Malgré un dernier relais bien plus court, ce dernier a été célébré par la presse américaine et internationale comme étant le seul et vrai véritable héros de cette aventure, puisqu’il était le chien leader à avoir franchit la ligne.

Les chiens

Balto, symbole de l’expédition

Balto Course au Serum Nome

Né en 1919, Balto appartient à l’éleveur norvégien Leonhard Seppala. Très vite, l’animal surprend de par son gabarit. En effet, Balto est un chien un peu plus imposant que le reste de la meute. Résultat, ce dernier sera utilisé comme remplaçant et chien de travail pour l’industrie minière locale. Rien ne semblait alors le prédestiner à atteindre la célébrité. Cependant, tout bascule en 1925 lorsqu’il fut réquisitionné par Seppala afin de participer à la course au sérum. Son attelage lui, sera dirigé non pas par son propriétaire, mais bien par son assistant, Gunnar Kaasen, qui aura pour mission de mener l’avant-dernier relais.

Toutefois, alors qu’il partait de Bluff et devait couvrir les 40 kilomètres de sa mission, Kaasen découvrira le dernier musher supposé prendre le relais, en train de dormir. Ne pouvant perdre du temps à le réveiller, atteler l’équipage et lui donner ses instructions, Kaasen décide alors de continuer, Balto en tête. Les conditions climatiques deviennent difficiles et la visibilité est rapidement réduite. Heureusement, la petite équipe arrive à ne pas se perdre, continue sa route tant bien que mal et franchit finalement la ligne d’arrivée, permettant aux habitants de Nome d’être sauvés.

Balto, chien héros ?

Course au Serum Nome BaltoSur place, un journaliste attendait patiemment l’arrivée de la dernière équipe. Une fois la ligne d’arrivée franchie, ce dernier souhaite en apprendre plus sur l’exploit mais surtout, sur les chiens qui ont participé à cette aventure. Balto sera présenté comme le leader de ce dernier attelage. Aujourd’hui cependant, plusieurs voix semblent remettre en question la véracité du rôle joué par Balto. Considéré comme inférieur, il n’a jamais été un chien leader et n’a jamais été en tête d’un équipage. Si certains affirment que Gunnar Kaasen l’a bel et bien choisi pour diriger son traineau, d’autres semblent penser que Balto n’était que le second. Un concours de circonstances, le chien leader se serait cassé une patte ou n’aurait pas réussi à retrouver son chemin, aurait alors poussé Balto à prendre la place de numéro un.

Une fin de vie compliquée

Très vite célébré, le chien Balto sera récompensé d’une statue en plein Central Park, à New York et d’une seconde dans le centre d’Anchorage.

Balto Course SerumMalgré cela, la fin de vie du chien aura été plutôt compliquée. Vendu, il sera alors utilisé dans de nombreux cirques, des promoteurs jouant sur la célébrité acquise par l’animal afin de générer d’importants revenus. En 1927, une cagnotte sera finalement levée afin de permettre de racheter le chien et lui offrir une fin de vie paisible, au zoo de Cleveland. Il y décédera le 14 mars 1933. Le corps de Balto sera alors conservé avant d’être empaillé. Aujourd’hui encore, il est possible de l’admirer au Musée d’histoires naturelles, à Cleveland.

Balto Empaillé Musée

Togo, un héros oublié

Chien oublié, Togo appartenait également à Leonhard Seppala. Le musher norvégien a effectivement été l’un des principaux fournisseurs de cette course au sérum. Si Balto a été dirigée par Gunnar Kaasen, Togo lui, a bien été aux ordres de Seppala. Une séquence de la course passée un peu inaperçue, toutefois, il convient de souligner l’importance de ce relais pris par le dresseur et son chien puisque ce dernier s’est étendu sur pas moins 146 kilomètres, jusqu’à la ville de Golovin. En tout et pour tout, Togo lui, a couru sur plus de 460 kilomètres, se rendant de chez lui au point de rendez-vous, avant de courir son relais puis rentrer.

Le chien Togo, une place dans l’histoire

Togo-SeppalaL’exploit passé, Togo retourne au sein de l’élevage de Leonhard Seppala et profite de ses dernières années. Il donnera plusieurs portées de chiots et décédera finalement un 5 décembre 1929, quatre années après avoir parcouru des centaines de kilomètres dans le but de sauver les vies de milliers de personnes. Son histoire a toutefois été passée au second rang, Balto volant la vedette à tous les chiens engagés. Cependant, de nombreuses spécialistes tentent de rappeler son rôle et celui-ci est de plus en plus présenté comme étant la véritable star de cette course au sérum. En 2011, le Times l’a ainsi nommé le chien le plus héroïque du 20e siècle, preuve que malgré son relatif anonymat, son histoire continue d’impressionner.

Plus récemment, en 2019, Disney © à produit un film sur l’histoire de Togo, après avoir produit en 1995 un film d’animation sur Balto. Une belle reconnaissance.

En l’espace de cinq jours et demi, près de 150 chiens auront réussi à sauver des milliers de vies en ralliant Anchorage à Nome, au prix de nombreux efforts. La réaction, l’unité, l’entraide et la collaboration entre humains et chiens, les autorités auront réussi à rapidement se décider, empêchant de fait une pandémie probablement plus importante que celle qui a sévi du côté de Nome. L’histoire elle, retiendra bien évidemment le bon côté de cette aventure même s’il convient de se souvenir de l’effort de ces animaux et de la triste fin connue par certains d’entre eux. Aujourd’hui, l’héritage de cette aventure perdure avec la course Iditarod, créée en 1973, reliant Anchorage à Nome, l’idée étant de permettre aux sportifs engagés de courir dans les traces des mushers, de Balto, Togo et tous les autres canidés.

Togo Course au Serum Seppala

Fermer