Groenland : détour aux confins du monde

Accessible par avion depuis le Canada, le Danemark et l’Islande mais également par bateau, le Groenland est une terre bien mal connue. Sur place, le sentiment de solitude se mêle à la grandeur des paysages, conférant à celles et ceux qui ont tenté et tenteront l’aventure, l’impression d’être au milieu de nulle part. Pourtant, la région a énormément à offrir d’un point de vue touristique, mais également d’un point de vue culturel. L’occasion pour nous de vous préparer au mieux à l’aventure de votre vie.

Au Groenland, outre les paysages, c’est bien l’histoire atypique de cette île située aux confins du monde qui interpelle. Située en Amérique du Nord, prise en tenaille entre l’océan Atlantique et l’océan Arctique, l’île est née il y à près de 30 ou 40 millions d’années. Alors simple étendue de terre, la région se couvre peu à peu de neige et de glace au point qu’elle en soit finalement recouverte à hauteur de 80%. Nous sommes alors 3 millions d’années avant notre époque. Résultat, les conditions météorologiques y sont devenues extrêmes et l’histoire nous prouve que même les plus téméraires ont éprouvé quelques difficultés à s’acclimater.

Chiens de traîneau
Histoire du Groenland

Les premiers hommes à y avoir tenté l’aventure, faisaient partie de la tribu Saqqaq. 2 500 ans avant notre ère, ces derniers ont ainsi essayé de faire du Groenland, leur propre terre. Ces premiers colons réussiront à s’y implanter à la faveur d’un climat un peu particulier puisque légèrement plus chaud que celui auquel nous sommes aujourd’hui habitués. La vie suit alors son cours et, le temps passant, l’ère Saqqaq commence peu à peu à s’estomper. En 700 avant notre ère, de nouveaux colons viendront alors s’installer. Malheureusement, ces premiers véritables Groenlandais vont, eux aussi, peu à peu disparaître. Très vite, la région se retrouve inhabitée, et ce de longues années durant.

Le Groenland, une terre fantasmée

Ce n’est qu’en 982, avec l’arrivée d’Erik Le Rouge, Viking islandais, que l’île sera une nouvelle fois colonisée.

Erik Le Rouge

Découverte un peu par hasard, la région deviendra très vite l’un des centres névralgiques de l’économie Viking puisque sur place, s’échangent et se vendent alors de l’ivoire, des défenses de morses et bien d’autres produits de valeurs. Le succès commercial du Groenland sera tel que la Norvège d’aujourd’hui décidera de soumettre le territoire à son autorité. Nous sommes alors en 1261.

La période faste ne durera que jusqu’en 1450-1500, date à laquelle les Vikings perdront peu à peu leur influence. Pour d’obscures raisons, le règne des guerriers nordiques touche à sa fin à l’orée du 16e siècle. Selon certains experts, les premiers effets du changement climatique auraient eu raison de leur activité tandis que pour d’autres, les nombreux conflits pousseront les guerriers à revoir leurs plans. Enfin, certains estiment que le commerce de l’ivoire se serait effondré, laissant les Vikings sans possibilités de ressources. Résultat, pour des raisons économiques, ces derniers auraient plié bagage.

Commerce Ivoire Viking Groenland

Le Danemark et ses colonies

La région elle, regagnera en visibilité grâce aux explorateurs soucieux de découvrir les secrets du Nouveau-Monde. Martin Frobisher, marin britannique, tentera ainsi de cartographier le Groenland dès 1578, mais n’y arrivera finalement pas, sa mission se soldant par un échec retentissant. Le nombre d’expédition augmente rapidement mais personne ne réussi le pari fou de cartographier l’ensemble de ce territoire. Face au fait que personne n’ait réussi à durablement s’imposer sur ces terres froides, le Danemark décide alors d’y imposer quelques colonies, permettant au Groenland de renouer avec une certaine activité. Les lieux restent toutefois bien méconnus et, ce ne sera qu’en 1891 que Robert Peary explorateur américain, réussira le tour de force de traverser l’île dans son entièreté, donnant ainsi via ses travaux, un nouvel aperçu de la région, d’un point de vue géographique mais également naturel.

Faune et Flore au Groenland

La flore locale, à l’image des régions polaires

Un peu à l’image de toutes ces régions polaires, la flore au Groenland n’est pas des plus abondantes Toutefois, celle-ci a réussi à parfaitement s’acclimater aux conditions particulièrement difficiles. Manque de soleil, longue période de nuit, les plantes, afin de survivre, ont développé de réelles capacités d’adaptation.

Vue glacier Groenland - Grands Espaces

Résultat, il est tout à fait possible de témoigner de la présence de quelques saules, notamment au nord du pays.

Dans le sud de l’île, la situation est quelque peu différente puisque sur place, bouleaux et saules ont réussi à se développer, de manière très dense, représentant même une petite difficulté pour les voyageurs qui ne savent plus par où passer. Dans la région, un seul type de conifère a réussi à s’y développer, notamment à au sud-ouest, à savoir le genévrier. En tout et pour tout, cinq espèces d’arbres natifs ont été recensés sur le territoire, preuve que les conditions ne sont pas forcément propices au bon développement de la nature.

À hauteur d’homme, le Groenland ressemble cependant à un vaste désert blanc même-si la nature a réussi à s’imposer de manière éparse. En revanche, en se baissant un peu, il est tout à fait possible de témoigner d’une flore rase. Fjord Groenland - Croisiere Groenland Grands EspacesLongtemps cachée, ensevelie, celle-ci semble renaître dès les premières fontes des neiges. Profitant du soleil et de ses rayons, la nature prend ainsi un malin plaisir à se faire remarquer.

Au Groenland, une faune typique du grand Nord

Là encore typique des régions du grand Nord, la faune du Groenland est bien représentative. Il sera tout à fait possible de croiser des rennes, des ours polaires, mais également des lièvres arctiques et enfin, des bœufs musqués.Découverte des boeufs musqués au Groenland

Long de deux mètres, pesant jusqu’à 300 kilos, celui qui appartient à la famille des caprinés peut résister à des températures allant jusqu’à -50 degrés. Au Groenland, le bœuf musqué est très bien représenté puisque les experts estiment qu’ils seraient entre 9 500 et 12 500 sur le territoire.

La chasse elle, est encore autorisée sur place, dans une certaine mesure toutefois. Résultat, des règles très précises ont été mises en place afin d’en limiter les effets. Concernant la chasse aux phoques par exemple, un quota de 100.000 animaux a été mis en place par le gouvernement local, l’idée étant d’encadrer afin d’éviter les dérives. Découverte des spécialités culinaires des Inuits de GroenlandDes dérives que le gouvernement souhaite également encadrer en ce qui concerne les touristes. Ainsi, tous les voyageurs sont invités à se promener en petit groupe mais également à respecter la faune, tant bien au niveau environnemental qu’au niveau des nuisances, sonores principalement.

Des eaux qui grouillent

Autre point à souligner, l’importance des eaux groenlandaises qui, des années durant et aujourd’hui encore, font vivre une bonne partie de la population groenlandaise. Baleines, phoques (dont le commerce de peaux a fait vivre jusqu’à un quart de la population active dans les années 70), crustacés, poissons et coquillages, la région jouit d’une population marine abondante. Enfin, les ornithologues aiment à souligner la présence abondante d’oiseaux, notamment des colonies de mouettes et de canards, qui aiment profiter des belles côtes groenlandaises.

Paysage Groenland

Le Groenland, une terre à découvrir

La glace, vecteur de découvertes

Connu pour être une terre riche en histoire, le Groenland est également l’un des plus beaux endroits au monde. Le temps qui passe, couplé aux conditions climatiques, a façonné l’île de manière à la rendre surprenante, et ce, peu importe ou nous pouvons nous trouver. Disposant du plus grand fjord au monde, long de 350 kilomètres, la région est également connue pour ses innombrables glaciers, dont le Jakobshavn Isbræ, le glacier qui aurait libéré l’iceberg ayant coulé le Titanic en 1912. Bien évidemment, ces merveilles de la nature ne sont pas les seuls à observer. Ainsi, pour les trekkeurs et adeptes de grandes randonnées, la toundra rend possibles les longues promenades en plein air alors que pour les plus téméraires, il est tout à fait possible de se promener au-dessus de la calotte glaciaire, les départs ayant généralement lieu du côté de Kangerlussuaq.

L’un des meilleurs moyens pour découvrir le Groenland reste le bateau. Des croisières polaires à bord de petits navires, pour s’imprégner complètement de cette région.

Groenland

Entre voyages au cœur du plus grand parc naturel au monde, escapade par le Spitbzerg ou encore passage à Thulé (également connue sous le nom de Qaanaaq), les possibilités sont légion. De quoi répondre à de nombreuses attentes et satisfaire tous les esprits curieux. Autre endroit à ne surtout pas manquer, l’incontournable Scoresby Sund, le plus grand système de fjords au monde, puisque long de près de 350 km. Envoutante, la région vous surprendra à coup sûr, de part son côté brut et paisible.

Thulé, entre histoire et banquise

De mars à mai, le soleil revient à son zénith et inonde le Groenland de sa lumière. Qaanaaq, anciennement appelée Thulé, se met alors à vivre au rythme du jour. Alors que ne se posait pas encore la question du réchauffement climatique, le Groenland a très vite commencé à souffrir des effets de la hausse des températures. Résultat, alors qu’il était tout à fait normal de voir la mer gelée un peu partout au pays, aujourd’hui Qaanaaq est l’un des seuls et derniers bastions où la banquise revient de manière fréquente et régulière.

Qaanaaq Thule

Bien entendu, observer la banquise de cette partie du nord-ouest Groenlandais n’est pas la seule activité à faire une fois sur place. Ainsi, un petit musée à visiter sur demande a été créé dans l’ancienne maison de l’explorateur polaire et anthropologue, Knud Rasmussen, né à Ilulissat. Sur place, il sera ainsi possible d’en apprendre plus sur ses travaux, ses recherches, ses découvertes, mais également sur les outils ainsi que les vêtements inuits, ce dernier ayant longtemps vécu au contact de la population locale. Autre activité généralement très appréciée, les promenades sur les collines autour de la ville. En fonction des horaires choisies, la lumière dorée se reflète sur les sols, offrant aux plus téméraires une vue splendide. En effet, un tel spectacle se mérite et les montées sont parfois rudes, à cause notamment de la neige qui a tendance à ralentir les promeneurs.

Ilulissat, son fjord et la Baie de Disko

Troisième plus grande ville du Groenland avec un peu moins de 5 000 habitants, Ilulissat est située au centre-ouest du pays, bien plus au sud que Qaanaaq. Principalement connue pour son immense fjord de 4 024 km2, duquel de nombreux icebergs se détachent et dérivent tranquillement le long de la Baie de Disko, la ville d’Ilulissat s’est forgée une drôle de réputation. D’ailleurs, son nom en Groenlandais, veut lui-même dire « Iceberg » ! Preuve que dès votre arrivée, vous serez directement plongé dans le bain.Voyage Groenland

Aujourd’hui, il semble d’ailleurs inconcevable de se rendre au Groenland, sans au moins songer à s’arrêter admirer les paysages époustouflants que nous offre cette partie du pays, d’autant qu’outre le fjord d’Ilulissat, la Baie de Disko permet elle aussi de témoigner de quelques points de vue plutôt intéressants. Il y est tout à fait possible de voir d’énormes icebergs dériver juste devant nos yeux. L’occasion est rêvée pour, là encore, participer à une excursion en bateau. Bien entendu, il est possible de visiter cette région du Groenland d’une autre manière puisque les longues randonnées à travers la toundra vous offriront l’occasion de ramener de belles photos-souvenirs. La Baie de Disko ainsi que le fjord d’Ilulissat ont tous deux été répertoriés au patrimoine mondial de l’UNESCO, en 2004.

Le Groenland, une terre d’histoires et de culture

La légende raconte que si vous visitez la ville, une partie de votre cœur y restera pour toujours. Mais après tout, qu’importe la puissance des “on dit”, Uummannaq reste une petite localité transpirant l’histoire du Groenland. Pour les esprits les plus érudits, la ville d’Uummannaq dispose de toutes les ressources nécessaires afin de titiller et satisfaire les plus curieux. Si vous vous sentez pionnier, aventureux et ouvert d’esprit, il s’agit donc du coin parfait afin d’en apprendre plus sur la culture inuit. Sur place, se trouve également l’ancienne base de Knud Rasmussen, la « Base Thulé » depuis laquelle il est parti à sept reprises entre 1912 et 1933, en expédition à travers le Groenland.

Enfin, s’il vous reste un petit peu de temps, rendez-vous du côté de Katuaq, petit quartier culturel de Nuuk. Sur place, vous y trouverez un centre d’art contemporain, de belles pièces d’architecture et de magnifiques trésors symbolisant la culture locale. L’occasion pour vous d’en apprendre beaucoup plus sur le Groenland, son histoire et ses environs. Ne songez toutefois pas à quitter la capitale, ni même le pays, sans avoir assisté au formidable ballet offert la nuit par les aurores boréales. Un autre incontournable de votre séjour sur place.

Soucieux de diversifier son activité et son économie, le Groenland semble ainsi avoir compris l’intérêt réel du tourisme, notamment dans une période où de plus en plus de voyageurs recherchent une expérience hors du commun et peut-être plus en phase avec les codes environnementaux. Il est notamment interdit de laisser des déchets sur place. Il est même demandé de les ramener avec soi dans le cas où le pays ne dispose pas de la technologie nécessaire afin de s’en débarrasser. Lors de vos visites, il est également conseillé de se promener par petits groupes et de ne pas sortir hors des sentiers battus. L’idée de rapporter un souvenir (fleur, pierre) est également à bannir.

> Découvrez nos croisières au Groenland

Découvrez les croisières Grands Espaces

*Les prix indiqués sont ceux des cabines les moins chères. Le descriptif des programmes est donné à titre indicatif.

Fermer