Percival Harrison Fawcett, dit Percy Fawcett, était un grand militaire britannique, ayant notamment combattu lors de la Première Guerre mondiale. Mais ce dernier est également connu pour « La Cité de Z », une cité antique située en Amérique du Sud, dont il a toujours été convaincu par l’existence. À diverses reprises, il part d’ailleurs à sa recherche, traversant plusieurs fois la jungle Amazonienne. Toutefois, Fawcett disparaît en 1925, à l’occasion d’une ultime expédition, sans que nous sachions réellement ce qui a pu lui arriver. Une situation qui donne d’ailleurs lieu à de nombreuses théories. En effet, toute une série de mythes entoure ce formidable personnage au destin tragique. 

Certaines histoires, retiennent un peu plus l’attention que d’autres. C’est notamment le cas de celle de Percy Fawcett. En effet, ce dernier a vécu une vie pleine, au cours de laquelle sa réussite personnelle s’est mêlée à ses exploits professionnels. Participant à la Première Guerre mondiale, où il officie en tant que Lieutenant-colonel au sein de l’armée britannique, Percy Fawcett fait également parler de lui pour ses multiples expéditions en Amérique du Sud et, plus particulièrement, en Amazonie, passant une grande partie de sa vie à rechercher la fameuse citée de « Z ». Ses expéditions, permettront également d’en apprendre plus sur la faune, la flore ou les locaux. 

Percy Fawcett, une passion pour l’Amérique du Sud

Un topographe reconnu, au service de la couronne

Percy Fawcett - explorateur Amazonie

Percival Harrisson Fawcett, naît à Toquay, en Grande-Bretagne, en 1867. Après avoir étudié au Collège de Newton Abbot, ce dernier décide de suivre les traces de son père et opte pour une carrière militaire. Officier dès l’âge de 19 ans, il suit également des cours à l’école Woolwich, d’où il ressort avec son brevet d’officier d’artillerie. Il continue son apprentissage jusqu’en 1901, date à laquelle il est alors envoyé en Afrique du Nord, puis à Malte. C’est au cours de cette période qu’il se découvre une passion pour la topographie. Ses travaux retiennent l’attention de la Société de Géographie de Londres qui décide d’entrer en contact avec lui. En effet, en 1906, celle-ci a été sommée d’établir avec précision, une cartographie des frontières entre le Brésil et la Bolivie.

Depuis quelque temps, les deux nations voisines se battent afin d’obtenir le monopole de la culture de caoutchouc. À l’époque, les délimitations territoriales ne sont pas vraiment définies, ce qui donne ainsi lieu à quelques affrontements sur la base d’intérêts économiques. Face aux tensions croissantes, gouvernements brésiliens et boliviens décident donc de se tourner vers un acteur indépendant, l’Angleterre. Envoyé sur place, Percy Fawcett profite de cette occasion pour tenir un journal de bord dans lequel il détaille avec précision les façons de vivre des locaux, la faune et la flore qui l’entourent ou encore les animaux qu’il rencontre. Entre 1906 et 1913, il travaille sur place. C’est à cette même période qu’il entend parler des premières histoires et légendes liées aux Pygmées, aux ruines et autres mines anciennes.

Percy Fawcett et sa cité Z

Son séjour en Amérique du Sud prenant fin au moment de l’éclatement de la première Guerre mondiale, il est renvoyé sur le front par les autorités britanniques. C’est en tant qu’officier qu’il combat alors sur les champs de la Somme. Survivant aux horreurs de ce conflit, il n’a alors qu’une idée en tête, retourner le plus rapidement possible en Amérique du Sud. Croyant dur comme fer aux nombreuses histoires qui lui ont été racontées, il espère par la même occasion, convaincre la Société de Géographie de Londres de lui subventionner ses expéditions à venir. En effet, il dispose d’un manuscrit relatant les expéditions d’un Portugais qui, en son temps, serait tombé sur une vieille citée, située à l’est du fleuve Rio Xingu. À ses yeux, les croyances locales sont donc confirmées par ce document. Malheureusement, personne ne semble être réellement convaincu par ses rapports.

Percy Fawcett et l’expédition de 1925

Une dernière expédition dont nous ne savons rien

Croisiere en Amazonie Tapajos

Après avoir quitté l’armée, Fawcett décide de lui-même financer ses projets à venir. Il retourne au Brésil, en 1925, pour ce qui est sa dernière expédition. Pour l’occasion, il est accompagné de son fils, Jack, mais également par l’un de ses amis, Raleigh Rimmel. Les trois hommes souhaitent découvrir la fameuse citée dont il a si souvent entendu parler, appelée ‘Z’. Son périple débute depuis Culaba, capitale de l’État du Mato Grosso. Le 29 mai de la même année, alors qu’il est en plein cœur de la jungle, il envoie un ultime signe de vie à ses proches. En effet, ce dernier évoque les coordonnées du lieu où il se trouve et raconte les détails de son expédition. Selon ses dires, il n’y aurait d’ailleurs rien à craindre, tout se déroulant relativement bien. Malheureusement, ce document restera comme le dernier signé de la main de Fawcett et donc, comme son dernier signe de vie.

De multiples théories sur la disparition des aventuriers 

Mais que leur est-il arrivé au juste ? Aujourd’hui encore, il est tout simplement impossible de l’expliquer. Si certains explorateurs fantasment sur le fait que Fawcett et ses hommes aient réussi à toucher leur but du doigt et aient préféré rester sur place, d’autres estiment qu’ils ont été tués au cours de leur séjour. D’après de multiples enquêtes, les Kalapalos, sont les derniers Indiens à les avoir vu, le chef de l’époque, Izarari, les tuant à la suite d’un manque de respect. Toutefois, ces informations n’ont jamais été vérifiées. En effet, ces derniers ont « offert » des os à des scientifiques, supposés être les restes de Fawcett. Or, ces os n’appartiennent pas à un homme blanc. D’autres rumeurs affirment que les Kalapalos et Fawcett ont sympathisé. Les indiens ont alors tenté de dissuader les aventuriers de continuer, face au danger que représentant les peuples Arumas, Suyas et Xavantes.

En effet, les Kalapalo affirment que les tribus voisines n’avaient rien de vraiment enchantant. Ainsi, l’une d’elles aurait envoyé des hommes à la poursuite des aventuriers. Après une traque de quelques jours, Fawcett, son fils et les autres membres ont alors été abattus. Des feux de camps auraient été observés cinq jours durant avant que les Kalapalos n’aient, eux non plus, plus aucun signe de vie des aventuriers. Toutefois, là encore, il est tout simplement impossible de démêler. Une dernière théorie affirme que Fawcett et ses hommes auraient découvert la cité perdue et auraient préféré rester sur place plutôt que de revenir à la civilisation. Au cours des années qui ont suivi sa disparition, de nombreuses expéditions ont été organisées afin de découvrir la vérité. Malheureusement, les légendes se déformant avec le temps, personne n’a jamais été en mesure de prouver quoique ce soit.

La Cite perdue de Z

La civilisation Kuhikugu, concernée ?

Persuadé qu’il existait bien une cité antépénultième, Percy Fawcett s’est appuyé sur les nombreuses histoires qu’il a pu entendre au cours de ses expériences passées au Brésil. En 1914, peu avant son retour en Angleterre, ses découvertes au sujet d’un archéologue portugais viennent confirmer ses espoirs les plus fous. En effet, ce dernier tombe sur un manuscrit de 1753 dans lequel est évoqué une vieille citée, qu’il décide de renommer alors Z. Une cité dont l’existence n’a jamais été prouvée. Aujourd’hui toutefois, certains experts estiment que Fawcett a été influencé par la civilisation Kuhikugu. Celle-ci vivait à l’embouchure de l’Amazone, au niveau du parc indigène du Xingu, là où ses recherches auraient dû se concentrer.

La civilisation Kuhikugu, peut-elle être celle que Fawcett a si longtemps recherché ? Aujourd’hui, les spécialistes s’accordent pour dire qu’en son temps, cette civilisation était plus que prospère. Une vingtaine de petits villages et de villes moyennes étaient réunies en un centre névralgique de plus de 20.000 mètres carrés. Plus de 50.000 personnes y vivaient alors. Les conquêtes espagnoles et portugaises sont toutefois venues mettre un terme à cette vie bien tranquille, les populations étant décimées à cause des nombreuses maladies importées par les colons. Très avancée pour son temps, la civilisation Kuhikugu aurait bâti ponts et routes alors que des agriculteurs travaillaient la terre, faisant par exemple pousser des champs de manioc. Enfin, des élevages de poissons ont été découverts afin de subvenir aux besoins des habitants de cette petite agglomération.

Si Percy Fawcett a passé une grande partie de sa vie à chercher de nombreuses réponses, impossible de dire s’il a été en mesure d’y parvenir. En effet, son destin, tragique ou non, continue d’alimenter les fantasmes et les théories. A-t-il réussi à trouver la fameuse citée ‘Z’, dont il était tant persuadé de l’existence ? Plus de 100 ans, le mystère reste entier. Un film retraçant son épopée est d’ailleurs sorti en 2016, permettant au monde de redécouvrir son histoire. Un excellent moyen d’en apprendre un peu plus sur ce personnage, ses choix et ses aspirations.

DÉCOUVREZ NOS CROISIÈRES AMAZONIE

Fermer