Lun-Ven 10h00-18h00 | Sam 10h - 17h

Chaque hiver, dans l’Arctique, la nuit polaire entraîne un refroidissement de l’atmosphère et de la couche superficielle de l’océan. Lorsque la température de surface de la mer atteint -1.8°C, la mer commence à geler et la banquise se forme. L’extension maximale de cette banquise saisonnière se produit durant le mois de mars et atteint 15 à 16 millions de km², pour une épaisseur allant de quelques centimètres à 2 mètres.

Cet immense couvercle de glace joue un rôle important sur la circulation océanique et sur l’équilibre climatique de l’hémisphère Nord en limitant les échanges entre atmosphère et océan et en réfléchissant une grande partie du rayonnement solaire au printemps. La banquise est aussi un espace vital pour l’ours polaire, la mouette ivoire, le phoque annelé… C’est enfin une route de glace permettant aux Inuit de se déplacer, de chasser et de pêcher en utilisant des techniques traditionnelles.

Mais le réchauffement actuel de notre planète, attribué de manière extrêmement probable à l’influence humaine (rapport du GIEC 2013), s’accompagne d’une diminution alarmante de la banquise arctique. Au début des observations par satellite, en mars 1979, la superficie de la banquise saisonnière atteignait près de 16,5 millions de km2. Depuis, la banquise diminue en superficie et en épaisseur. Les Inuit indiquent qu’ils ont de plus en plus de difficultés à pratiquer la banquise. Dans certaines communautés l’absence de banquise durant plusieurs hivers consécutifs a entraîné la fin de la pratique millénaire des traîneaux à chiens. En mars 2013 la superficie de la banquise n’était que de 15 millions de km2.

Grands Espaces - Banquise

Lorsque la banquise saisonnière disparaît au printemps, il reste au coeur de l’océan Arctique une banquise dite pérenne, constituée de glaces pluriannuelles atteignant souvent plusieurs mètres d’épaisseur. L’extension minimale de cette banquise se situe au mois de septembre. Au début des observations par satellite, la superficie de la banquise pérenne atteignait, en septembre 1979, près de 8 millions de km2. En septembre 2012 la superficie n’était plus que de 3,4 millions de km2, valeur minimum record. En septembre 2013 la superficie était de 5,1 millions de km2 mais la glace était moins épaisse que les années précédentes. En 34 ans la part des glaces les plus anciennes (plus de 5 ans) et les plus épaisses a diminué, passant de près de 30 % à moins de 5 %. La banquise pérenne diminue en superficie, en épaisseur, et donc en volume. Elle est de plus en plus vulnérable au réchauffement de l’Arctique, à l’érosion mécanique des vagues, et aux vents qui l’expulse vers l’océan Atlantique lors de situations météorologiques défavorables.

Dans ce contexte la banquise pérenne pourrait disparaître en quelques décennies, voire quelques années, avec de probables conséquences sur le climat de l’hémisphère Nord et la faune du bassin Arctique.

Pierre Taverniers, météorologiste,
auteur de « La Banquise »
Éditions de l’Escargot Savant 2013
Voir la fiche du livre

Découvrez les croisières Grands Espaces

*Les prix indiqués sont ceux des cabines les moins chères. Le descriptif des programmes est donné à titre indicatif.

Fermer