Les superlatifs ne manquent sûrement pas pour définir cette île dont la renommée a bien augmenté depuis l’éruption de l’Eyjafjallajökull, la mise en service des vols à bas coûts depuis l’Europe et l’Amérique ou les exploits de son équipe de foot en compétition internationale.

Mais depuis tous ces évènements, l’Islande profite d’un petit redoux côté fréquentation, et c’est le moment d’aller explorer ses paysages exceptionnels. Car rapport distance-nature incroyable, on ne fait probablement pas mieux que ce petit pays aux vrombissements volcaniques réguliers. Dès l’arrivée en avion et pour rejoindre la capitale, la péninsule de Reykjanes donne le ton avec ses champs de lave à perte de vue et ses zones géothermiques qui ont permis l’installation du légendaire Blue Lagoon.

Mais nous irons bien au-delà de ces régions encore trop fréquentées. Pour un aperçu quasi-complet de l’Islande, il faut en faire le tour. Il faut sentir la puissance des chutes de Dettifoss, déambuler au milieu des pseudos-cratères de Myvatn, sillonner les fjords secrets de l’Est, jouer au lutin dans ces paysages tout droit sortis des univers de Tolkien et de Jules Verne, au milieu de la péninsule de Snaefellsnes.

Sans oublier de passer par la côte sud et le Cercle d’Or, certes plus fréquentés mais on comprend vite pourquoi : successions de cascades spectaculaires, de plages de sable noir bordées d’orgues basaltiques, de glaciers laissant traîner leurs langues, puis découverte du fameux geyser Strokkur et du plus vieux parlement du monde, installé en pleine faille volcanique. Pas besoin d’en savoir plus, faites-nous confiance ! Mai, une période idéale pour l’observation des macareux, pour des journées de lumière à rallonge et pour un climat doux.

 

Voyage de 12 jours à partir de 5 950€

L’avis d’Augustin

J’ai vécu plus d’un an en Islande, et maintenant l’Islande me manque.
Selon moi, c’est le plus beau pays d’Europe, si ce n’est plus. Quand on aime les grands espaces sauvages et que l’on sait où les trouver, ce pays est simplement grandiose. En été, une fois ma journée de travail achevée, j’allais explorer la péninsule de Reykjanes et ses champs de lave, ou bien j’allais randonner dans l’arrière-pays du Cercle d’Or où cratères et failles volcaniques se succèdent. Tout cela sous une lumière de minuit à tomber par terre.
Et la première fois que j’ai sillonné la côte sud, je ne savais plus où donner de la tête tellement j’avais de stops photo à faire. Avec du beau temps, tout est magnifique. Avec une météo moins chanceuse, on saute dans un bain chaud en plein air, on visite les petits éco-musées ou, on déguste une soupe de homard bien chaude. Ou même mieux…on accepte que l’Islande ne soit pas chouchoutée par un climat méditerranéen et on s’équipe d’un bon imper’ qui fera très bien l’affaire ! car ici, nul ne peut prédire quand le ciel tournera, mais quoiqu’il en soit, le voyage aura son lot de merveilleuses découvertes !

Fermer