Bien que l’ours polaire se soit aujourd’hui imposé comme le symbole de l’Arctique, l’animal qui a le plus marqué l’histoire humaine de cette région n’est autre que le renne. En effet, plus de 45 000 ans avant de tirer le traineau du père noël, le renne peuplait les rêves des chasseurs-cueilleurs et courrait sur les murs de leurs grottes, indompté mais ouvrant la voie vers de nouveaux territoires.
Marchons avec les peuples indigènes de l’Arctique sur les traces de cet animal aux multiples visages.

Renne ou caribou ?

On pourrait dire que le renne et le caribou sont, et à la fois ne sont pas, le même animal. On appelle « rennes » les représentants de la population eurasienne qui est constituée à la fois de troupeaux sauvages et domestiques alors que ceux qu’on appelle « caribous » occupent la région nord-américaine et on ne les retrouve qu’à l’état sauvage. Cependant, ils sont considérés comme faisant partie d’une même espèce, du nom latin Rangifer tarandus. La population mondiale compte aujourd’hui environ 3 millions d’individus sauvages et 2 millions d’individus domestiques.
Autrefois, ces cervidés que nous associons au grand Nord fréquentaient des régions d’assez basses latitudes, comme en témoignent des peintures rupestres et restes fossiles découverts jusque dans le sud de la France.

Peinture rupestre Rennes AltamiraOn a d’ailleurs pu reconstituer certaines de leurs routes de migration annuelles : certains troupeaux se déplaçaient entre Paris et Bruxelles, d’autres entre Bordeaux et le Massif Central… Bien qu’ils aient quitté ces contrées il y a environ 10 000 ans, c’est-à-dire à la fin de la dernière période glaciaire, ils occupent encore actuellement un large territoire recouvrant trois des quatorze grands biomes terrestres : la forêt boréale (aussi appelée la « taïga »), la toundra et le Haut-Arctique (fait de désert polaire et de calottes glaciaires).

Cette diversité d’environnements et de conditions climatiques a entraîné des adaptations différentes selon la zone géographique, jusqu’à l’émergence de 35 sous-espèces. Ainsi, le renne du Svalbard et le caribou de Peary, adaptés à la rigueur des déserts polaires, sont plus petits et plus trapus que les autres sous-espèces, ce qui leur permet de limiter les pertes de chaleur.Renne Spitzberg

On observe également des différences de comportements sociaux : les sous-espèces de la forêt boréale et du Haut-Arctique sont plus sédentaires que celles de la toundra qui entreprennent deux migrations annuelles.
Malgré ces différences morphologiques et sociales, rennes et caribous ont de nombreuses caractéristiques en commun. Leur sous-poil dense et duveteux est recouvert de poils longs, creux et remplis d’air qui assurent une excellente isolation thermique et aident à la flottabilité lorsque les troupeaux doivent traverser à la nage un lac, une rivière ou même un bras de mer. Leurs sabots, particulièrement larges, font office de raquettes pour se déplacer facilement dans la neige et les marécages. Enfin, cas unique chez les cervidés, mâles et femelles développent tous les deux des bois. Les mâles perdent les leurs chaque année en octobre, après le rut, alors que les femelles les gardent jusqu’au printemps, après la mise bas. Cela les aide à dégager la neige pour accéder aux lichens dont elles ont besoin durant la gestation, ainsi qu’à repousser les éventuels pique-assiette.

De la chasse à la domestication

L’élevage de rennes est souvent perçu comme une tradition très ancienne parce que pratiquée par des communautés indigènes comme les Samis en Europe du nord. Pourtant, elle est relativement récente. Le renne est même parmi les derniers animaux terrestres à avoir été domestiqué.
On estime que plusieurs épisodes de domestication ont eu lieu simultanément dans diverses régions il y a entre deux et trois mille ans. On les situe notamment dans les Monts Saïan, entre la Russie et la Mongolie et à l’Est du Lac Baïkal. Ceci explique pourquoi les Samis, les Evenks ou encore les Tchouktches de Sibérie ont hérité de pratiques et de connaissances traditionnelles qui leur sont propres. Les rennes auraient d’abord été utilisés en petits nombres, pour attirer des congénères sauvages, mais également pour le lait et, surtout, pour le transport.

Renne Traineau Sibérie

Qu’il soit attelé à un traîneau, bâté ou monté, le renne révolutionne probablement les pratiques de vie nomade, offrant la possibilité à des familles entières de rejoindre des sites de pêche ou de chasse éloignés. C’est seulement à partir du 16ème siècle que de larges troupeaux de rennes domestiques auraient été constitués, en réponse à la demande en viande et en peaux des sociétés sédentaires de Russie et de Suède.
Malgré des opportunités économiques similaires du côté américain, les indigènes n’y ont jamais domestiqué le caribou et ont continué à vivre entièrement de la chasse. Cependant, avec le développement de la chasse commerciale durant la colonisation, les indigènes souffrent de la réduction des stocks de gibier et de mammifères marins. Pour répondre à ce problème et tenter d’assimiler ces communautés en leur faisant abandonner leur vie de chasseurs nomades, plusieurs hommes d’affaires et fonctionnaires américains initient à partir de la fin du 19ème siècle des expériences d’introduction de rennes, avec le concours d’éleveurs tchouktches et samis.

Eleveur de Renne Baffin
Mrs. R. Mack
MP-0000.598.121
© McCord Museum

Ainsi, de 1890 à 1902, 1280 rennes venant de Sibérie sont débarqués sur la péninsule de Seward, en Alaska. L’opération est d’abord couronnée de succès, avec en 1914 pas moins de 50 000 rennes élevés principalement par des indigènes inuit, jusqu’à ce que le marché soit repris puis dominé par la compagnie américaine des frères Lomen. Le renne domestique est alors bien implanté mais l’entreprise d’assimilation des communautés indigènes échoue. D’autres tentatives se succèdent jusque dans les années 1950, mais échouent également les unes après les autres.

Inuit avec troupeau de renne
On suppose alors que les rennes d’Eurasie ont des difficultés à s’adapter à leur nouvel environnement et que le travail d’éleveur est trop difficile à transmettre. Mais d’autres éléments, d’ordre cosmologique et social, pourraient expliquer ces échecs. En effet, des chasseurs inuit déclarent à ce sujet qu’ils n’envisagent pas de « posséder » des animaux et considèrent que les humains ne devraient pas observer tout ce que les rennes font habituellement dans l’intimité, comme se reproduire.

Animisme et chamanisme

Si le renne est une ressource indispensable pour les peuples indigènes du grand Nord, il est aussi perçu comme un être social à part entière. Les ethnologues rapportent ainsi de nombreuses histoires étonnantes sur les relations spirituelles que ces communautés entretiennent avec les animaux qu’ils chassent. Il est communément admis que les indigènes de l’Arctique partagent une conception « animiste » de leur environnement, selon laquelle les rennes ont leur propre société et se perçoivent eux-mêmes comme des humains. Ces animaux sont donc considérés comme des êtres intelligents avec lesquels il est important d’entretenir de bonnes relations.
C’est là qu’intervient la figure du chamane, véritable « diplomate » de la communauté. Son rôle consiste à entrer en contact avec des entités animales ou spirituelles afin, par exemple, d’obtenir l’autorisation de les chasser. Pour ce faire, il dispose de différentes techniques, comme le chant ou la danse, qui lui permettent de naviguer « entre les mondes » et de réguler les relations entre les humains et les autres habitants de l’Arctique.

Duodji Samis
D’après certains peuples indigènes, il serait également possible de rejoindre le monde des rennes « par accident ». C’est ce que raconte par exemple un chasseur du peuple Youkaguir, en Sibérie orientale. Après s’être égaré dans la nature, il serait tombé sur un village étrange : ses habitants avaient une apparence humaine, mais ne s’exprimaient que par des grognements, mangeaient du lichen et laissaient des traces de sabots dans la neige quand ils se déplaçaient. Comprenant que quelque chose ne tournait pas rond, le chasseur prit la fuite et parvint à retrouver les siens. Ces derniers furent surpris de le voir arriver, car ils ne l’avaient plus vu depuis plus d’un mois et le croyaient mort. Le chasseur, lui, croyait n’être parti qu’une semaine.
« Il semblerait », expliquera-t-il plus tard, « que les gens que j’ai rencontrés étaient en fait des rennes. J’aurais dû les tuer, mais à l’époque je ne le savais pas. Peut-être que c’était juste un rêve. Mais alors, comment se fait-il que je sois parti si longtemps ? »
Ce type d’histoires peut être entendu tout autour du pôle, mais aussi dans d’autres régions enclines à l’animisme, comme l’Amazonie. Aujourd’hui, elles ne sont plus vues par les ethnologues comme des histoires à dormir debout, mais plutôt comme les témoignages d’un lien social avec le monde animal dont il y a beaucoup à apprendre en ces temps de crises écologiques.

De nouveaux défis

Environ 100 000 personnes sont engagées aujourd’hui dans l’élevage de rennes en Arctique, essentiellement pour la production de viande. Bien sûr, les pratiques d’élevage de rennes ont largement évolué depuis la domestication. A partir des années 1960, les GPS, motoneiges, hélicoptères et Smartphones remplacent les traineaux et transforment brusquement les pratiques nomades à différents endroits en Arctique.

Motoneige
L’introduction de ces nouvelles technologies est souvent perçue de l’extérieur comme nuisible aux pratiques traditionnelles et leur utilisation par les éleveurs est souvent incomprise. Cependant, la production de viande de renne n’est pas limitée à la consommation de subsistance mais s’inscrit également dans une économie mondialisée. Ainsi, malgré des coûts supplémentaires associés à l’entretien du matériel et une dépendance accrue au pétrole, les nouvelles technologies sont un atout précieux pour maintenir une production rentable et concurrentielle. De plus, au-delà de l’aspect financier, les éleveurs apprécient de pouvoir poursuivre leur activité « en restant connecté », en pouvant localiser les déplacements de leur troupeau en temps réel et sans devoir sacrifier une partie de leur vie familiale ou sociale.
Chaque pays où l’élevage de rennes est pratiqué dispose d’une réglementation qui précise comment il doit être organisé. En Norvège et en Suède par exemple, le droit de posséder des rennes est strictement réservé aux indigènes samis dont les parents ou grands-parents ont ou ont eu l’élevage de rennes comme occupation principale.

Samis Norvege

Le droit des éleveurs de traverser les frontières entre Norvège, Suède et Finlande lors de la migration des rennes est également protégé et réglementé par une convention internationale depuis 1751. Cependant, même si la barrière des frontières est levée dans cette région, l’aménagement du territoire fragmente les zones de pâturage et les routes de migrations traditionnelles partout en Arctique.
Sur la péninsule de Yamal, en Sibérie occidentale, l’installation de pipelines a coupé certaines routes de migrations de la plus grande population de rennes domestiques au monde. En réponse, une collaboration s’est mise en place entre la compagnie nationale Gazprom, les autorités locales et les éleveurs nénètses afin de faciliter le passage des troupeaux à certains endroits spécifiques.
Ailleurs, des conflits d’utilisation du territoire peuvent persister, en particulier avec les sylviculteurs. En Finlande par exemple, la privatisation de parcelles de forêts faisant partie des zones de pâturage ou de transhumance traditionnelles sont à l’origine de conflits : les sylviculteurs ne tolèrent pas toujours le passage des troupeaux, tandis que les éleveurs dénoncent les effets néfastes de la pratique de la coupe claire sur la diversité des lichens.

Enfin, la plupart des éleveurs doivent faire face aux difficultés amenées par les changements climatiques. Ces changements génèrent de plus en plus d’événements naturels extrêmes ou imprévisibles sur lesquels les éleveurs ont très peu de prise et auxquels ils peuvent difficilement s’adapter. Par exemple, les fluctuations des températures autour de 0°C durant l’hiver sont de plus en plus fréquentes et ont des conséquences dramatiques pour les animaux : la neige est recouverte de pluie qui gèle en formant des couches de glace, si bien que les rennes ne peuvent ni flairer la présence de lichens, ni casser la glace pour y accéder. Les éleveurs sont donc contraints de casser la glace eux-mêmes ou d’apporter à leurs rennes du fourrage en attendant la fonte de la glace.
Malgré ces nombreux défis, les éleveurs de rennes de l’Arctique sont déterminés à valoriser et transmettre leurs pratiques. Depuis 1997, ils se réunissent tous les quatre ans dans le cadre d’un congrès international qui leur permet non seulement de se soutenir mutuellement, mais aussi de faire reconnaître leur pratique sur la scène politique internationale.

Gravures de John Savio
Gravures de John Savio

Comme le remarquait un jour un ethnologue en Sibérie, le renne donne littéralement vie aux humains tout autour du pôle. Si l’âge du renne est depuis longtemps révolu dans nos régions, il continue à rythmer la vie et les histoires des peuples indigènes, malgré de nouveaux défis liés notamment aux dérèglements climatiques.
Si le renne y demeure étroitement lié aux humains, il ne s’est pourtant jamais entièrement laissé domestiquer et conserve un caractère farouche. Les Sámi ont une expression pour capturer cette relation singulière. Le renne est dit « biekka buorri », « un bien gouverné par le vent », ce qui signifie qu’un contrôle total de la part des humains est impossible. Et pourtant, ne pas maîtriser le vivant dans son entièreté n’empêche pas des relations durables et fructueuses ; des centaines de milliers d’années de coexistence entre rennes et humains le prouvent.

 

Article rédigé par
Anaïd Gouveneaux, guide Grands Espaces et docteur en biologie marine, et Stéphane Aubinet, docteur en anthropologie

 

En plus de l’article…

Recette : Le bidos (ragoût de renne)

L’une des spécialités culinaire des indigènes Sámi est un ragoût à base de viande de rennes et de légumes. Vu la valeur nutritive de cette viande, particulièrement faible en matière grasse, on aurait tort de s’en priver…,

Ingrédients :
600 g de viande de renne
1 oignon
2 cuillères à soupe de beurre
1,5 litre d’eau
4 pommes de terre
2 carottes
½ poireau
2 feuilles de laurier
1 cuillère à café de thym
½ cuillère à café de sel
¼ cuillère à café de poivre
Coupez la viande en cubes et hachez les oignons. Faites revenir avec du beurre dans une grande casserole pendant 2-3 minutes. Recouvrez d’eau.
Portez à ébullition et laissez mijoter à feu doux pendant environ 40 minutes en remuant.

Coupes les pommes de terre, les carottes et le poireau en morceau. Ajoutez-les à la casserole avec les feuilles de laurier et le thym puis portez à ébullition. Laissez mijoter jusqu’à ce que les pommes de terre soient tendres, environ 15 minutes. Assaisonnez avec du sel et du poivre.
Servez avec du bon pain et du beurre. Bon appétit !

Quand les scientifiques se prennent pour des ours

En 2014, deux chercheurs, Eigil Reimers et Sindre Eftestøl, ont entrepris d’étudier le comportement des rennes d’une manière tout à fait inhabituelle. Déguisé en ours polaire, l’un des scientifiques s’approchait des troupeaux afin d’effrayer les animaux. Ils ont ensuite mesuré la distance à laquelle ceux-ci s’enfuyaient, ce qui a permis de mieux comprendre leurs stratégies de fuite face à un prédateur. Ce travail a été récompensé par le prix « Ig-Nobel », parodie du prix Nobel décernée à des travaux scientifiques authentiques mais incongrus.

Découvrez les croisières Grands Espaces

*Les prix indiqués sont ceux des cabines les moins chères. Le descriptif des programmes est donné à titre indicatif.

Fermer