Peu de mammifères sont capables d’affronter les 24 heures d’obscurité totale de l’hiver arctique, le froid extrême et la faible disponibilité de nourriture durant cette période. Parmi eux, le renard polaire, encore appelé Isatis n’est pas le premier animal auquel on pense lorsqu’on imagine les grandes étendues sauvages du Grand Nord. Et pourtant ! De l’Arctique canadien, en passant par le Groenland, le Spitzberg et la Russie, on retrouve le petit mammifère jusqu’au sud-ouest de la Norvège et en Asie. Hautement adapté aux conditions extrêmes, il peut supporter des températures avoisinant les -50°C. Quand on parle du Grand Nord, le petit carnivore est donc un incontournable…

Renard bleu ou renard blanc ?

Le renard polaire est un petit mammifère pesant 5 kg maximum soit le poids d’un chat moyen. Sa carrure est amplifiée par de longs poils et une queue touffue. En été, il arbore un pelage variant du gris plomb au brun. Puis il mue au début de l’hiver pour revêtir une fourrure épaisse, dense et totalement blanche qui lui permet d’être parfaitement camouflé et bien au chaud. Cependant certains individus restent gris-noir toute l’année durant ; c’est ce que l’on appelle les renards bleus.

Spitzberg Observation Renards POlaires

 

Selon certaines études, il semblerait que le renard bleu soit davantage présent en zone côtière dépourvue de neige en hiver. Ce sont donc des renards très reliés aux ressources marines (oiseaux marin, poisson, carcasse de phoque). En revanche la forme bleue est moins présente sur les populations se nourrissant de lemmings, petits rongeurs peuplant les toundras et taïgas du pourtour arctique.

La curiosité, un vilain défaut ?

Le renard polaire est opportuniste et se nourrit de ce qu’il peut trouver. Astucieux, hardi et terriblement imprudent, il n’est pas rare d’observer l’animal dans les falaises tentant de piller les nids d’oiseaux ou de le voir s’approcher dangereusement de l’homme. Selon le navigateur Steller qui passa une année avec eux sur la terre de Behring « ils mangent tout, volent tout et sont capables d’enterrer en commun un ours blanc. ». Les colonies de mouettes tridactyles et de guillemots de Brünnich en particulier peuvent offrir le couvert à plusieurs familles de renards. De même les années de pullulation de lemmings, les portées peuvent atteindre 16 renardeaux.

Renard Polaire - Alkefjellet - Croisière Spitzberg

Au printemps, la femelle creuse un nouveau terrier relié à ceux des années précédentes. Ce sont donc de vraies galeries avec plusieurs entrées qui se trouvent sous la toundra. La femelle met bas un mois et demi après le rut. La taille des portées est liée à la ressource de nourriture mais en général, elles comportent entre 5 à 8 renardeaux. La femelle allaite ses petits tandis que le mâle participe à l’éducation et ramène à manger au terrier. Les jeunes s’émanciperont au cours de l’été puis deviendront solitaires jusqu’à la saison suivante où ils fonderont à leur tour leur famille.

Petit mammifère – grand migrateur ?

Le 26 avril 1885, à 85°N sur la banquise, durant son expédition pour rallier le pôle, l’explorateur Fridjof Nansen nota : « Je fus quelque peu surpris hier matin quand je vis soudainement les traces d’un animal dans la neige…. celles d’un renard polaire ! Les traces étaient assez fraiches. Mais que diable, un renard arctique pouvait-il bien faire ici, au milieu de l’océan ? ». ( Il n’est pas dit si quelque part au milieu de l’océan arctique gelé, le petit animal se posa la même question concernant les humains qu’il croisa ce jour-là.). Des réponses aux questions de l’explorateur furent apportées par des générations de chercheurs. Les excursions du petit mammifère sur la banquise furent très tôt interprétées comme un comportement lié à sa stratégie de recherche alimentaire en hiver. Opportuniste, le renard suivait en effet les ours polaires afin de profiter des restes de repas sur les carcasses de phoque. Les études qui suivirent, confirmèrent l’observation de Nansen : certains renards pouvaient voyager sur la banquise sur plus de 1000 kilomètres.

Renard Polaire Croisiere Spitzberg Polafront

Durant les 20 dernières années, la miniaturisation des technologies a permis d’approfondir les études sur le renard polaire. Les données satellites ont révélé qu’en plus d’une zone de recherche alimentaire, la banquise était aussi une plateforme d’exploration et de dispersion des individus. La dispersion est une composante importante de la dynamique des populations. Il s’agit de comprendre les mouvements d’individus de leur lieu de naissance à leur lieu de reproduction ou d’un lieu de reproduction vers un autre.

La conquête de l’Ouest

En 2017, des chercheurs équipèrent une jeune renarde polaire d’une balise pouvant transmettre la position géographique de l’animal par satellite. La petite femelle était née au printemps de la même année dans la Baie du Roi au Spitzberg. Elle est alors équipée de sa balise le 29 juillet 2017. Durant le premier été, elle prospecte le long de la côte à la recherche de nourriture mais reste tout de même cantonnée dans le Nord-Ouest du Spitzberg. Au mois de mars, elle traverse le détroit d’Hinlopen pour se rendre sur la Terre du Nord-Est puis entame alors une fabuleuse traversée de l’océan arctique par le nord. Elle atteint quasiment la latitude de 85°N au mois d’avril et parcourt en moyenne 40 kilomètres par jour sur la glace de mer ce qui bouscule les idées scientifiques sur le sujet.

Renard Arctique - Spitzberg

La petite renarde semble utiliser davantage la banquise comme une plateforme de dispersion que comme une zone d’alimentation. Elle rejoint ainsi le Nord du Groenland 21 jours après son départ du Spitzberg. Pourtant elle continue sa course incroyable, à la conquête de l’Ouest. Elle traverse le Groenland par le Nord, parcourt une étape de 155 km en une journée sur la calotte du Groenland ce qui est le record connu pour l’espèce. Elle rejoint enfin la Terre d’Ellesmere à l’extrême Nord du Canada au début de l’été 2018 soit 76 jours après avoir quitté sa terre natale du Spitzberg. Elle aura parcouru près de 4500 kilomètres. Les dernières données connues montreront qu’elle est restée sur un territoire restreint au cœur de Terre d’Ellesmere durant l’été 2018. La balise cessera d’émettre en février 2019, nous laissant dans l’inconnu quant à la suite des pérégrinations du petit renard qui nous aura tenu en haleine pendant plus d’un an.

Et Après ?

Les analyses génétiques sur différentes populations de renard polaires à travers l’Arctique montrent qu’il y a une connectivité permanente entre les différentes populations. La banquise qui recouvre l’océan arctique joue le rôle de pont entre les continents et ce pont de glace est indispensable au brassage génétique des populations. A l’heure où l’on parle de réchauffement climatique, d’extension minimale record de banquise et d’ouvertures à la navigation du passage du Nord Est, qu’adviendra-t-il des petits renards polaires et de leur grande chevauchée fantastique par-delà l’océan ?

Grands Espaces - Renard Polaire

 

 

Découvrez les croisières Grands Espaces

*Les prix indiqués sont ceux des cabines les moins chères. Le descriptif des programmes est donné à titre indicatif.

Fermer